Le procès du Québec

Des manifestantes contre la loi 21 à l’ouverture du procès lundi.

7 nov. 2020

Par moments, nous pouvons nous demander s’il s’agit d’une requête pour évaluer la loi 21 ou si l’audience ne se transforme pas en procès du Québec. Ou en une tentative de faire entendre raison, en matière de multiculturalisme canadien, à cette bande de barbares québécois.

Par Mario Dumont

Lire la suite dans Le Journal de Montréal

L’affichage de signes religieux dans la fonction publique

2 décembre 2018

Leila Bensalem et Bouchera Chelbi, deux professeures au secondaire, débattent à Tout le monde en parle sur l’affichage de signes religieux sur leur milieu de travail. Leila Bensalem mentionne à propos du voile :

«C’est un symbole qui est un soutien à la montée de l’intégrisme partout à travers le monde et ignorer ce fait-là simplement parce que ce signe religieux est porté au Québec, ça ne lui enlève pas sa connotation intégriste. D’ailleurs, on n’a qu’à voir que dans n’importe quel pays, n’importe quelle ville, quand les islamistes occupent cette ville ou ce pays, la première exigence qu’ils ont, c’est de demander aux femmes de porter le voile. Alors, on ne peut pas ignorer que c’est un symbole intégriste qu’ils brandissent à chaque fois.»

Écoutez l’entrevue complète

La faillite du multiculturalisme

6 juin 2018

Le multiculturalisme, c’est une orientation idéologique imposée par Pierre Elliott Trudeau à compter de 1971. Son essence, inspirée du modèle britannique, consiste à associer le Canada à une « mosaïque », sans socle commun, une agglomération de diverses communautés culturelles et linguistiques, parmi lesquelles défile le Québec. Bref, des cultures, toutes égales entre elles, sans qu’aucun peuple ou nation (concepts étrangers au paradigme de Trudeau) puisse exiger quelque primauté dans l’ensemble canadien.

Cette visée initiale consistait à briser toute velléité du Québec d’obtenir le titre de nation ou un statut particulier au sein du Canada.

Un texte d’André Lamoureux, Politicologue
Lire la suite dans La Presse +

Société : le progressisme des uns, c’est l’enfer des autres

6 juin 2018

Une femme en hijab pour symboliser l’égalité hommes-femmes dans une campagne fédérale à l’occasion du 8 mars.

Un chef de parti politique en turban sikh prônant la laïcité de l’État ; une loi sur la neutralité religieuse qui ouvre la porte au port des signes religieux par les agents de police ; une affiche « bienvenue au niqab » dans une manifestation antiracisme ; une directive qui demande d’éviter les mots « madame », « monsieur » à Service Canada. Tout ça au nom de l’inclusion.

Comment en est-on arrivé à une telle falsification du sens des mots ?

Lire la suite dans la Presse

Ne sabordez pas notre laïcité!

13 mars 2018

«Le 20 février dernier, le DGEQ a annoncé en commission parlementaire qu’il avait annulé dans la réglementation électorale l’obligation de fournir une photographie à « tête découverte », comme cela était stipulé depuis 1989. Désormais, on n’exigera que l’obligation d’avoir « le visage découvert ». La nouvelle mesure, s’inspirant de la loi 62, interdit le seul voile intégral (le niqab ou la burqa en l’occurrence), mais autorise en retour le port de signes religieux tels que le hidjab, le turban sikh ou la kippa juive. On est pourtant ici dans un processus formel du système électoral. Selon nous, cette nouvelle directive mine le long cheminement vers la laïcité de l’État et des institutions politiques au Québec, dont son système électoral et sa gouvernance.»

Cette lettre ouverte adressée aux députés a été écrite par des membres du Rassemblement pour la laïcité (RPL). Elle est signée par André Lamoureux (Politologue à l’UQAM), par Nadia El Mabrouk (professeure à l’Université de Montréal), par Diane Guilbault (présidente de PDF Québec) et par d’autres membres du RPL. Lisez la suite dans le Le Devoir.

Suite à notre lettre ouvert, la journaliste Lisa-Marie Gervais a écrit un article pour commenter notre initiative.

«Un groupe de défenseurs de la laïcité souhaite rouvrir le débat sur le règlement électoral qui permet dorénavant à un candidat de porter un couvre-chef sur sa photo, pour peu qu’il ait le visage découvert. Dans une lettre ouverte envoyée aux parlementaires, ces citoyens estiment que le gouvernement crée là un dangereux précédent, qui remet en question le principe de neutralité de l’État.»

Lire la suite dans Le Devoir

Nabila Ben Youssef à l’émission de Pénélope McQuade

28 juin 2015

Suite à l’attentat terroriste islamiste ayant fait 39 morts et 39 blessés en Tunisie, Nabila Ben Youssef lance son cri du cœur aux Québécois. Tunisienne d’origine et Québécoise d’adoption, Nabila critique fermement les positions du premier ministre Philippe Couillard.

« Je ne peux pas croire que notre premier ministre déclare que l’intégrisme est un choix personnel, je n’en reviens pas. »

« Nous, les millions de femmes et d’hommes libérés, ce n’est pas si grave que ça d’être heurtés au plus profond de nos convictions… au pays de la liberté, égalité laïcité ? »

La Cour suprême du Canada dit non à la prière au conseil municipal de Saguenay

14 avril 2015

Les juges du plus haut tribunal au pays estiment que le règlement municipal concernant la prière contrevient à l’obligation de neutralité religieuse de l’État. Selon eux, la prière crée une distinction, une exclusion et une préférence fondée sur la religion qui a pour effet de compromettre le droit d’Alain Simoneau à l’exercice de sa liberté de conscience et de religion.

Lire la suite sur Radio-CanadaLisez la décision complète de la Cour suprême du Canada