Le Canada doit faire évoluer la Charte

14 nov. 2020

Non seulement la Charte ne priorise pas les différents droits contradictoires qu’elle garantit, mais en plus, la loi accommode parfois la violation de droits chers à la population. Par exemple, l’alinéa b) de l’article 319 (3) du Code criminel canadien permet aux gens religieux de se soustraire à l’application de la loi contre la propagande haineuse. Ce privilège est injustifié et injustifiable.

Par Andréa Richard et Romain Gagnon

Lire la suite sur La Presse

Le droit du Québec de choisir

14 nov. 2020

L’aspect de la loi 21 qu’il vaut la peine de défendre bec et ongles, selon moi, et qui se trouve actuellement en procès, c’est la capacité du Québec de choisir en ces domaines.

Il a le droit à sa différence ; à sa conception propre des rapports entre l’État et les religions ; et la disposition de dérogation lui permet de défendre cela, précisément.

C’est d’ailleurs ce qu’est venu présenter au tribunal, comme expert, l’éminent juriste, constitutionnaliste et aussi ancien ministre libéral Benoît Pelletier.

Par Antoine Robitaille

Lire la suite sur le Journal de Montréal

Le Québec avait l’autonomie pour légiférer sur la laïcité

Benoît Pelletier, ancien ministre libéral et professeur de droit à l’Université d’Ottawa

12 nov. 2020

Québec est en droit de légiférer sur la laïcité, car «l’autonomie provinciale est protégée constitutionnellement», a témoigné jeudi un professeur et ancien ministre, au procès où des groupes tentent de faire invalider la loi 21.

Par Antoine Lacroix

Lire la suite dans le Journal de Montréal

Racialisme et multiculturalisme

12 nov. 2020
Le multiculturalisme canadien et le racialisme américain font désormais alliance pour saper la laïcisation du Québec qui s’est peu à peu mise en place depuis la Révolution tranquille. …
En fin de compte, le procès de la loi 21 a très peu à voir avec la justice. Pour des raisons politiques et idéologiques, les partisans du racialisme américain et ceux du multiculturalisme canadien s’opposent en fait au droit du Québec de prendre seul ses décisions dans ses propres champs de compétence. L’actuelle bataille nous dira si nous avons encore le droit d’exercer cette prérogative dans le régime fédéral.

Par Frédéric Bastien

Lire la suite dans Le Devoir

Vous n’êtes pas tannés qu’on nous prenne pour des cons?

12 nov. 2020

Ne nous leurrons pas. Derrière les jérémiades des « pôôôvres » enseignantes brimées, ce sont deux univers mentaux qui s’affrontent, deux conceptions de la bonne société.
Et c’est David contre Goliath. Les adversaires de la loi 21 ont des moyens illimités.
L’opération est financée par des intégristes religieux et orchestrée par les plus grands bureaux d’avocats de Toronto.

Par Joseph Facal 

Lire la suite dans le Journal de Montréal 

La femme de Raif Badawi appuie la loi sur la laïcité

9 nov. 2020

La femme du prisonnier politique Raif Badawi, réfugiée au Québec depuis que son mari a été condamné à 1000 coups de fouet en Arabie Saoudite, s’est positionnée en faveur de la loi sur la laïcité lundi au procès visant à l’invalider.

« Le voile, ce n’est pas la religion. Les enseignants sont les leaders pour les enfants. On ne va pas impliquer la religion », a déclaré Ensaf Haidar au tribunal.

Lire la suite dans le Journal de Montréal

Au cœur de la laïcité, la liberté

7 nov. 2020.

« L’accession de la laïcité de l’État au rang de principe fondateur ajoute un jalon significatif à l’architecture des droits fondamentaux que le Québec a édifié au fil des générations. La Loi sur laïcité de l’État est avant tout génératrice de droits. En enchâssant l’obligation de neutralité religieuse qui lui est déjà impartie par la jurisprudence, l’État québécois donne sa pleine mesure à l’exercice non entravé de la liberté de conscience et religion, il énonce le droit fondamental à des institutions et services publics laïques, et accroît le traitement en pleine égalité de tous les citoyens et citoyennes.

Le principe de laïcité favorise également le plein déploiement des libertés de pensée, d’opinion et d’expression, dont l’effet conjugué permet l’exercice d’une citoyenneté tangible. »

Par Me Julie Latour

Lire la suite sur La Presse+

Le procès du Québec

Des manifestantes contre la loi 21 à l’ouverture du procès lundi.

7 nov. 2020

Par moments, nous pouvons nous demander s’il s’agit d’une requête pour évaluer la loi 21 ou si l’audience ne se transforme pas en procès du Québec. Ou en une tentative de faire entendre raison, en matière de multiculturalisme canadien, à cette bande de barbares québécois.

Par Mario Dumont

Lire la suite dans Le Journal de Montréal