Jour 2 (suite) : Paul Eid, un expert … en islamophobie québécoise

Professeur de sociologie à l’UQAM, spécialiste des questions de discrimination raciale, religieuse et ethnique, Paul Eid témoignait à titre d’expert pour la Fédération autonome de l’enseignement (FAE), Andréa Lauzon ainsi que la English Montreal School Board (EMSB) qui contestent la Loi 21.

L’ensemble de son témoignage présentait les Québécois comme étant plus «hostiles» aux minorités religieuses que les Canadiens. Que cette hostilité des Québécois n’est pas vis-à-vis la religion en général mais bien vis-à-vis les minorités religieuses, particulièrement celle de la communauté musulmane.

Que c’est au Québec où l’opposition aux lieux de culte musulman et au hidjab est la plus forte et qu’il y aurait donc davantage d’islamophobie au Québec que dans tout le reste du Canada (ROC). Citant la Charte des valeurs comme ayant été un facteur d’aggravation de l’islamophobie et rappelant la fusillade à la mosquée de Québec, Paul Eid affirme que c’est aussi au Québec, où les musulmans sont les plus ciblés par les crimes haineux comparés à la majorité canadienne.

En contre-interrogatoire, l’un des avocats du gouvernement, Me Éric Cantin, a miné le fondement de ses affirmations en demandant à Paul Eid si le mot «hostilité» qui est revenu à maintes reprises dans son témoignage se trouvait quelque part dans la littérature qu’il a consulté ? M. Eid avoue que l’on parle plutôt de «sentiment négatif», mais moi, ajoute-t-il, je dis «hostilité». Voilà un expert qui fait preuve de subjectivité et beurre épais en utilisant un terme abusif dans le but exprès de stigmatiser et de noircir les Québécois. Et ce monsieur fait cela sans aucune gêne.

À la question lui demandant quel est le taux d’islamophobie dans le ROC, notre expert répond qu’il n’a pas fait d’étude pour le Canada !!! Mais comment fait-il alors pour dire que les Québécois sont plus islamophobes que les Canadiens ? Sur quoi se base-t-il ?

Seriez-vous d’accord pour dire que concernant l’islamophobie la situation internationale joue également, demande Me Cantin? Réponse : La Charte des valeurs a été un tournant décisif, mais oui c’est une tendance générale au Canada, aux États-Unis, en Europe. Tout pointe dans la même direction.

Donc ce n’est pas exclusif au Québec, rétorque Me Cantin ? Réponse : Tout à fait. VOUS AVEZ RAISON !

Me Cantin : Vous avez parlé de l’impact négatif de la loi de 2004 en France sur la réussite scolaire et l’insertion sociale des jeunes musulmanes, êtes-vous d’accord pour dire que cette loi portait sur le port de signes religieux chez les élèves et non pas chez les enseignants comme dans la Loi 21? Oui. Imaginez, le professeur Eid a intentionnellement comparé des patates avec des oranges, utilisé les conclusions des patates pour les appliquer aux oranges dans le but exprès de servir son propos. Ce n’est pas une erreur de sa part, mais bien de la malhonnêteté intellectuelle. Et ce monsieur fait cela sans aucune gêne, évidemment.

Me Cantin : Et la Loi 21, sur quelle étude vous basez-vous pour dire qu’il y a un impact ? Réponse : Au Québec, près de 50 % des femmes musulmanes portent le voile.

Me Cantin : L’avez-vous mesuré ? Réponse : Non. On ne peut pas savoir à l’avance. L’expert dit ici qu’il y a un impact alors qu’il avoue en même temps que rien ne lui permet d’affirmer cela. Encore une fois le jupon de M. Eid dépasse.

Et concernant la tendance à la hausse des crimes haineux, vos chiffres datent de 2017-2018. C’était avant l’adoption de la Loi 21 en 2019 …

Diriez-vous que la perception négative des signes religieux peut être du racisme, demande l’avocat ? Oui, répond l’expert.

Et comment expliquez-vous l’appui des Québécois à cette loi d’après les sondages ? Réponse : C’est du racisme anti-musulman et c’est cela qui donne un appui à la laïcité. Paul Eid dit ici que les Québécois sont islamophobes et que c’est pour cela qu’ils soutiennent la laïcité et la Loi 21. Notre histoire, notre culture, nos acquis en termes de laïcité depuis la révolution tranquille, il faut croire que cela ne fait pas partie de son champ d’expertise !

Le contre-interrogatoire du procureur du gouvernement a montré fort habilement que Paul Eid n’est pas un expert scientifique tel qu’on l’a présenté devant le juge, un sociologue travaillant avec rigueur et objectivité mais bien un idéologue militant de cette gauche islamophile qui sévit dans le milieu universitaire et que la seule et unique chose pour laquelle il est un expert patenté, c’est celle de faire passer les Québécois pour des racistes et des islamophobes.


Site personnel de Louise Mailloux