Le droit du Québec de choisir

14 nov. 2020

L’aspect de la loi 21 qu’il vaut la peine de défendre bec et ongles, selon moi, et qui se trouve actuellement en procès, c’est la capacité du Québec de choisir en ces domaines.

Il a le droit à sa différence ; à sa conception propre des rapports entre l’État et les religions ; et la disposition de dérogation lui permet de défendre cela, précisément.

C’est d’ailleurs ce qu’est venu présenter au tribunal, comme expert, l’éminent juriste, constitutionnaliste et aussi ancien ministre libéral Benoît Pelletier.

Par Antoine Robitaille

Lire la suite sur le Journal de Montréal