Loi 21 et Amnistie internationale

17 nov. 2020
Je considère que ce n’est pas du tout dans le mandat d’Amnistie de prendre position dans ce dossier. Le Québec n’est pas une dictature. Il n’y a personne d’emprisonné ou de torturé pour ses opinions. N’importe qui peut pratiquer sa religion, quelle qu’elle soit, sans contrainte.  ( … )
Je ne concevrais pas de me présenter au travail avec un macaron ou un objet prônant une appartenance politique quelconque, même si j’avais des convictions profondes, soucieux de respecter une certaine neutralité face aux personnes que je côtoie. Pourtant, je n’ai pas l’impression qu’on brime mes convictions.

Par Pierre-C. Poulin

Lire la suite dans Le Devoir