Les grands enjeux du procès contre la loi 21 : entretien avec Frédéric Bastien

8 déc. 2020

Une excellente entrevue avec l’historien Frédéric Bastien sur le procès contre la Loi 21.

Après des années de débats et de controverses, le Québec s’est doté, en 2019, d’une Charte de la laïcité, qu’on appelle aussi la loi 21. Cette loi est aujourd’hui mise en procès et trainée devant les tribunaux. À travers ce procès s’expriment deux conceptions manifestement contradictoires de la démocratie, du droit et de la société. Au-delà de son caractère technique, il importe de comprendre les grands enjeux qu’il révèle. Pour en parler, je reçois l’historien Frédéric Bastien.
Par Mathieu Bock-Côté

Écouter la suite sur Les idées mènent le monde 

Procès d’intention

8 déc 2020
Yves Boivert dénonce ce qu’il estime être un procès d’intention puis explique :
« Pour comprendre ce qui est arrivé, il faut commencer par dire que les opposants à la loi 21 n’ont à peu près aucune chance de faire déclarer la loi invalide.
Pourquoi ? Parce que la loi contient la « disposition de dérogation » aux chartes des droits. Impossible, donc, de plaider que l’interdiction des signes religieux pour les enseignants à l’école publique limite leur liberté de religion. Ou qu’elle est discriminatoire en vertu des chartes. Le gouvernement Legault, sachant qu’il y aurait des contestations judiciaires, a utilisé cet outil prévu dans la Constitution. On peut le critiquer, je l’ai fait, mais c’est parfaitement légal. »
Par Yves Boisvert
Lire la suite dans La Presse

Mathieu Bock-Côté : entrevue à Tout le monde en parle

6 déc. 2020
Bravo à Mathieu Bock-Côté pour cette excellente entrevue, pour ses idées claires, sa facilité à déconstruire la malhonnêteté intellectuelle, et son efficacité pour dénoncer les appels à la censure et la diabolisation de la laïcité, ou de tous ceux qui n’embarquent pas dans les concepts « à la mode » comme celui de « racisme systémique ».

Voir la suite sur Radio-Canada

Loi 21: l’avocat liant la loi 21 aux nazis se défend

7 déc. 2020

« L’avocat qui avait fait un lien entre la loi 21 et les lois de Nuremberg, promulguées par le régime nazi pour persécuter les Juifs, a assuré lundi matin qu’il n’a jamais voulu faire une telle comparaison et que ses propos ont été mal interprétés. »
Avait-il le choix de se rétracter, après le tollé que ses propos ont provoqué en fin de semaine ?

Par Antoine Lacroix

Lire la suite dans le Journal de Montréal