La loi 21 force des travailleurs à renoncer à leurs croyances

2 déc. 2020
D’après les opposants de la World Sikh Organisation of Canada et de l’Association de droit Lord Reading, demander à une enseignante sikhe de ne pas porter le turban en classe ou à un avocat juif de retirer sa kippa devant le tribunal équivaut à leur demander de renoncer à leurs croyances religieuses, ont plaidé des avocats qui contestent la Loi sur la laïcité de l’État.

« La loi 21 n’est pas une loi qui protège les croyances religieuses. Elle force la renonciation des croyances personnelles d’une personne qui veut enseigner », a résumé mercredi Me Faiz Lalani, au palais de justice de Montréal.

Par Claudia Berthiaume 
Lire la suite dans le Journal de Montréal