L’éradication des violences faites aux femmes doit être une priorité

25 nov. 2020

Nous, féministes, universalistes et laïques, affirmons que la séparation des pouvoirs politiques et religieux est une condition indispensable au respect des droits des femmes et à la reconnaissance de leur caractère universel. Les femmes sont plus autonomes et libres dans les pays où la loi les protège, plutôt que dans des pays où les religions patriarcales sont la source du droit ou bénéficient « d’accommodements ». L’évolution du Québec pour consacrer le principe de la laïcité de l’État est fort encourageante.

Texte collectif

Lire la suite dans Le Devoir