Jour 23 : EMSB défend le port de signes religieux sexistes contribuant ainsi au maintien de la ‘culture du viol’

7 décembre 2020 

Précision de Me Hussain de la FAE avant de reprendre les plaidoiries

Avant de débuter la plaidoirie d’English Montreal School Board (EMSB), Me Hussain, représentant la FAE, a tenu à justifier ses comparaisons entre la Loi sur la laïcité de l’État (Loi 21) et une loi qui exigerait que toute personne de couleur s’assoie à l’arrière d’un bus ou encore aux lois de Nuremberg adoptées en Allemagne en 1935 à l’initiative d’Adolf Hitler, et qui ont mené aux atrocités du régime Nazi. Me Hussain a indiqué que cette comparaison était purement rhétorique et voulait illustrer comment une loi pouvait dégénérer. [i] Ses commentaires en ont choqué plusieurs, tel que l’ont démontré les nombreux articles publiés à cet effet dans les jours qui ont suivis. [ii][iii][iv] Le Juge lui a répondu que son explication correspondait à la lecture qu’il en avait lui-même faite, répondant ainsi en partie à la plainte déposée par Frédéric Bastien [v] «parce qu’il aurait validé les propos controversés d’un avocat comparant la loi 21 à des lois raciales.»

Étrange, tout de même, que cet avocat se soit permis des comparaisons rhétoriques avec des situations internationales alors qu’il accuse les néo-Québécoises de culture musulmane s’opposant à la Loi 21 de préjugés et de stéréotypes lorsqu’elles font référence à leur vécu dans leur pays d’origine. Deux poids, deux mesures.

Plaidoirie d’ English Montreal School Board (EMSB)

«Elle n’avait juste à ne pas s’habiller comme cela !» voilà le type de propos alimentant la culture du viol, [vi] cet ensemble de comportements qui font en sorte qu’on banalise et même qu’on excuse et justifie les agressions sexuelles. La responsabilité de l’agression retombe sur le dos de la victime. Or, en défendant le port de signes religieux sexistes, symbolisant la pudeur et la modestie par les enseignantes du système scolaire public, English Montreal School Board (EMSB) contribue au maintien de cette culture du viol au Québec.

EMBS est consciente de cet impact car elle a reçu, en preuve, l’excellent rapport de Yolande Geadah, experte de la situation des femmes dans la culture arabo-musulmane, et qui comporte une section complète sur Le voile : symbole sexiste associé à la pudeur féminine. On peut y lire que « L’obligation morale du voile est justifiée par des principes de pudeur (hichma) et la nécessité de cacher le corps féminin, considéré source de tentation et de souillure (aoura), qu’il faut soustraire à la vue des hommes pour ne pas susciter leur concupiscence, qui peut mener au désordre et au chaos social (fitna). Le corollaire de cette vision sexiste, c’est que toutes les femmes non voilées sont jugées immorales et impudiques, et parfois associées aux prostituées. » Les femmes non voilées seraient aussi « accusées d’inciter les hommes à la débauche, de briser des ménages, et sont tenues responsables des agressions subies, souvent attribuées à leur tenue vestimentaire jugée indécente. » En fermant les yeux sur cet aspect, EMSB maintient la culture du viol auprès de sa clientèle.

Plusieurs prétendent que le voile n’envoie pas un tel message au Québec, puisqu’ici il est porté par choix et pour d’autres raisons. Or, ce n’est pas ce que sont venus dire en Cour supérieure des parents de culture musulmane lors de l’établissement de la preuve. Ils ont clamé haut et fort qu’ils s’opposent au port de signes religieux par le corps enseignant des écoles publiques, et plus particulièrement du hijab, signe d’infériorisation des femmes. Ils s’opposent à ce que leurs enfants soient exposés à la transmission de valeurs contraires à leurs convictions profondes et au principe d’égalité entre les femmes et les hommes. Ils ne veulent pas que leurs filles apprennent, de façon implicite, qu’elles doivent se couvrir pour être modeste et pudique ou que leurs garçons aient cette vision de leurs sœurs et soient perçus comme des prédateurs potentiels. Leurs témoignages sont forts, puissants et vibrants et s’ajoutent à ceux diffusés récemment dans les médias [vii] par des Néo-Québécois venus au Québec POUR sa laïcité.

Qui plus est, EMSB a l’audace d’arguer qu’en interdisant le port de signes religieux, la Loi sur la laïcité de l’État (Loi 21) contrevient à l’égalité entre les femmes et les hommes puisqu’elle toucherait davantage les femmes que les hommes (les femmes de culture musulmane portant davantage de signes religieux que les hommes). Rappelons encore une fois, que ce n’est pas la Loi 21 qui est discriminatoire, mais bien les religions qui imposent des signes religieux de façon différenciée entre les sexes. Et ce n’est pas le rôle de l’État de réguler ces exigences, mais il a le devoir de veiller à la neutralité de ses institutions et à ce qu’elles soient exemptes de sexisme, puisque c’est contraire à l’atteinte de l’égalité de fait entre les femmes et les hommes et aux engagements du Québec en vertu de la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDEF).

Enfin, il est particulièrement odieux que la EMSB défende avec autant de vigueur les signes religieux sexistes, qui contribuent à l’infériorisation de la femme, et ce, le lendemain même du jour anniversaire du féminicide de la Polytechnique de 1989. Comme le disait hier le premier ministre François Legault :

« Aujourd’hui, tout le Québec se souvient de la tragédie de Polytechnique. On a un devoir de mémoire, mais aussi un devoir d’action. On doit continuer le travail pour prévenir et combattre toutes les formes de violence contre les femmes. »


Sources : 

[i] http://laicitequebec.org/categorie/communiques/

[ii] https://www.journaldequebec.com/2020/12/05/le-quebec-na-rien-dun-regime-nazi

[iii] https://www.journaldemontreal.com/2020/12/06/les-quebecois-ces-chiens-enrages

[iv] https://www.journaldemontreal.com/2020/12/07/le-proces

[v] https://www.journaldemontreal.com/2020/12/07/une-plainte-deposee-contre-le-juge

[vi] https://csf.gouv.qc.ca/article/publicationsnum/bibliotheque-des-violences-faites-aux-femmes/culture-du-viol/

[vii] https://www.ledevoir.com/opinion/idees/585949/choisir-une-societe-laique et https://www.lenouvelliste.ca/opinions/carrefour-des-lecteurs/jai-choisi-le-quebec-pour-la-laicite-1cc3ab5db89bd5495e18347be78a123e